King Leopold II

King Leopold II

D’après Mark Twain
Mise en scène : Jean-Michel d’Hoop
Traduction et Adaptation : Jean-Pierre Orban

Spectacle créé en 2005 au Théâtre de la Place des Martyrs à Bruxelles.

« Si les squelettes des dix millions de noirs massacrés 
ou morts de faim pouvaient se relever et marcher en file indienne,
il leur faudrait sept mois et quatre jours avant que tous 
ne passent à un endroit donné !»

Mark Twain, le Michael Moore du XIXème siècle, tire à boulets rouges sur la figure de Léopold II. Le soliloque du Roi Léopold de Mark Twain m’a ouvert les yeux sur toute une partie de notre histoire : On y voit le Roi éplucher et commenter les divers rapports sur les atrocités commises par/sous son administration au Congo. On y découvre un Roi presque shakespearien, un mythe ambulant, un monstre sacré qui balaye du revers de la main toutes les accusations dont il fait l’objet. Tant la richesse théâtrale du personnage lui-même que le récit des atrocités m’ont bouleversés. Pour ce qui est de Léopold II, ce qui m’intéresse c’est qu’on est clairement dans une pièce de théâtre, il n’est pas ici question de réalisme ou de pièce historique ; le personnage est exagéré, il peut s’avérer tour à tour très drôle, cynique ou brutal. C’est un pamphlet. Comme le fait Michael Moore avec G.W. Bush, Mark Twain tire à boulets rouges sur la figure de Léopold II.

Jean-Michel d’Hoop

Distribution

Avec Fabrice Rodriguez, Jean François De Neck, Othmane Moumen, Perrine Ledent, Pascale Loiseau. Assistanat mise en scène et maquillage Joëlle Carpentier. Scénographie Marcos Vinals Bassols. Costumes Natacha Belova. Lumières Christophe Lagneaux. Production Catherine Ansay.

Un spectacle de Point Zéro en coproduction avec le Théâtre de la Place des Martyrs. Réalisé avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre.

Ce qu’on en dit dans la presse …

Polémique autour du roi du Congo. Haro contre la pièce. Certains l’accusent d’être insultante pour Léopold II et le pays. « Nous avons un devoir de mémoire », répondent les auteurs.

Il est rare chez nous qu’un spectacle provoque une levée de boucliers avant même son baptême sur la scène. Et certains de réveiller à mots à peine déguisés le spectre de la censure… A quelques jours de la première de « King Léopold II », nouveau spectacle de la Compagnie Point Zéro inspiré de Mark Twain, les lettres chauffent sur le bureau de Daniel Scahaise directeur du théâtre de la place des Martyrs aussi bien que dans l’oreille de l’adaptateur Jean-Pierre Orban et de son metteur en scène Jean-Michel d’Hoop, avec copie, nous dit-on, aux autorités politiques et culturelles du pays !

Affaire d’état ? Non, affaire coloniale… et royale. Les deux intimement mêlées dans ce pamphlet virulent de l’écrivain américain Mark Twain, « King Léopold’s Soliloquy », cinquante pages polémiques, parues en 1905, un coup de gueule sarcastique, sur l’action du roi Léopold II au Congo et ses exactions économiques et humaines, sanglé en forme de monologue autojustificatif du roi lui-même. (…)

Michele Friche et Véronique Kiesel – Le Soir

« King Leopold II » aux Martyrs : voyage burlesque en Congolie

Les premières images de la mise en scène de Jean Michel d’Hoop se révèlent limpides : par-dessus la statue de Léopold II, une acrobate descend au fil d’un tissu rouge si semblable au rideau d’un théâtre. Elle réveille trois personnages qui retournent en coulisses pour en ramener des dossiers jetés au sol. Et cet ange blanc anime la statue et la revêt du rideau pourpre impérial. (…) Le texte de Jean-Pierre Orban alterne l’histoire des faits et les zooms sur nombre de scènes, la plupart en jeu burlesque et quelques-unes dans une tonalité plus humaine, plus émotive, de la rage à la déstabilisation, nettement perceptible dans l’interprétation de Fabrice Rodriguez. Son royal Léopold II sanglé de blanc ivoire en impose, mais il peut aussi, avec la même présence, sauter à pieds joints dans le loufoque et le sarcasme. (…) Un superbe foisonnement d’idées scéniques au carrefour de tous codes de jeux comiques et subversifs pour aborder une histoire tragique, une tâche qui suinte dans notre histoire mais laisse le blanc de Léopold immaculé !

Michele Friche – Le Soir

Jean-Michel d’Hoop, direction artistique
jean-michel@pointzero.be

Nathalie Kamoun, direction de production
nathalie@pointzero.be

Tel +32 (0)2 608 74 89
Rue du labeur 1 - 1070 Bruxelles

Responsable technique
Loïc Le Foll
llf.loic@gmail.com

L’accès se fait par la rue du Labeur 1 - 1070 Anderlecht.
Bus: ligne 78 (arrêt Labeur), ligne 49 (arrêt Ile Sainte-helene). 
Sonnette Point Zéro.

 
Suivez-nous sur