Jean et Béatrice

Jean et Béatrice

De Carole Fréchette
Mise en scène Jean-Michel d’Hoop

Spectacle créé en 2004 au Théâtre de la Place des Martyrs à Bruxelles.

Dans son appartement au trente-troisième étage d’une tour moderne, Béatrice attend, telle une princesse aux longs cheveux qui guette son chevalier. Elle a placardé dans toute la ville une affiche promettant une récompense substantielle à celui qui pourra l’intéresser, l’émouvoir et la séduire. Dans l’ordre. Un homme se présente, Jean, prêt à se soumettre aux trois épreuves. Commence alors le jeu, qui se déploie en trois temps : celui de la fascination, celui de l’émotion, celui de la séduction. À travers les habiletés de l’un, les résistances de l’autre, à travers toute cette artificialité consciemment mise en place, apparaît doucement une part de leur vérité et se dessinent avec douleur leur désir d’amour et leur incommensurable peur d’aimer.
Carole Fréchette

Quoi de plus jubilatoire que de travailler une pièce qui parle du couple, des rapports Homme/Femme et cela d’une manière très originale ?
En même temps que s’affrontent l’Homme et la Femme, nous assistons à un duel de comédiens. Tout ici est prétexte à jeu et on se perd souvent entre fiction et réalité. A force de chercher à réussir les épreuves, à vouloir correspondre à l’image de l’Homme que Béatrice voudrait voir, Jean se perd et se révèle en même temps. Béatrice, elle, ne semble pas être à la hauteur du deal qu’elle propose et ne tient plus les rênes de l’expérience. La pièce s’emballe dans un galop fou. C’est un jeu dangereux et chacun y laissera des plumes. On sent que Carole Fréchette a une expérience du jeu dramatique, qu’elle connaît bien les acteurs. Sans doute connaît-elle bien aussi la nature humaine ?
 La rencontre entre l’Homme et la Femme ne peut se faire qu’en portant un masque. Et notre travail consiste à explorer ce qu’il y a derrière ce masque. Jean et Béatrice ou Espoirs et Désillusions des Femmes et des Hommes.

Jean-Michel d’Hoop

Distribution

Avec Isabelle Wéry
 et Fabrice Rodriguez. Scénographie Jean-Michel d’Hoop, assisté de Konstanze Weber. Costumes Natacha Belova. Lumières Christophe Lagneaux.

Un spectacle de Point Zéro en coproduction avec le Théâtre de la Place des Martyrs.
Réalisé avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre.

Ce qu’on en dit dans la presse …

Que faire pour s’aimer ?

La mise en scène de Jean-Michel d’Hoop remplit le cahier des charges : on est intéressé, ému et séduit. De la difficulté de jouer à s’aimer, et de s’aimer pour de vrai…
(…)
 Sans détour, ce « Jean et Béatrice » est un morceau de roi à savourer. Cette pièce donne des mots et de la chair aux deux comédiens que Jean Michel d’Hoop entraîne sur des sentiers pleins de roublardise, dans un rythme allègre, imprévisible. Aux manières conjuguées de Fréchette et de d’Hoop, qui peuvent tous deux si bien déployer les ailes d’un substrat quotidien, l’humour croise le fer avec l’angoisse et laisse une belle marge d’interprétation.

(…)
 La joute décline la difficulté de jouer à s’aimer, et encore plus de le faire pour de vrai. Le scalpel de Fréchette est trempé dans une encre métaphorique qui surprend par sa couleur poétique, qui tisse des arcs-en-ciel avec des mots tout simples. Il perce les carapaces, creuse les doutes et autopsie les rouages du couple, déloge les grains de sable…
Et l’on oublie de compter les points entre ces deux-là, on n’a plus envie de rire devant un tel désarroi du désir et du vide. 

La mise en scène de d’Hoop serpente entre le jeu masqué et le vrai débusqué, parfois malgré soi. Sur cette ligne déstabilisante, en constante rupture, Isabelle Wéry et Fabrice Rodriguez cherchent et trouvent le bel équilibre qui maintient le public à la crête de l’attention et de l’émotion. Chapeau !

Michele Friche – Le Soir

 

Soif d’Amour

(…) Nourris par l’enthousiasme du metteur en scène Jean-Michel d’Hoop, le très beau travail, tout en finesse et profondeur, des comédiens Isabelle Wéry et Fabrice Rodriguez, contribue à attiser le trouble du public face à l’imagination démoniaque de Carole Fréchette.

Thierry Denoël – Le Vif L’Express

Jean-Michel d’Hoop, direction artistique
jean-michel@pointzero.be

Nathalie Kamoun, direction de production
nathalie@pointzero.be

Tel +32 (0)2 608 74 89
Rue du labeur 1 - 1070 Bruxelles

Responsable technique
Loïc Le Foll
llf.loic@gmail.com

L’accès se fait par la rue du Labeur 1 - 1070 Anderlecht.
Bus: ligne 78 (arrêt Labeur), ligne 49 (arrêt Ile Sainte-helene). 
Sonnette Point Zéro.

 
Suivez-nous sur